Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - nicolas

Pages: [1] 2
1
Bonjour Arlette.
J'ai moi aussi perdu ma fille, il y a maintenant quatre ans.
La douleur s'est apaisée, mais reviennent encore les questions pourquoi?  qu'est-ce que j'ai mal fait?
Nous avons rencontré à l'époque le spécialiste et qui avait insisté pour nous voir, pour discuter. Sa première phrase: ne vous sentez pas coupable, n'essayez pas de comprendre. Votre fille souffrait trop et elle ne cherchait qu'une libération par rapport à cette douleur si forte qu'elle était insupportable. Il nous a même dit, alors qu'il soigne plus de 60 jeunes suicidaires dans son centre, que lui-même n'avait pas vu ou anticipé ce degré de souffrance.

Cela ne supprime pas la douleur, mais ne rajoutons cette interrogation qui n'a pas de réponse par rapport au geste de notre enfant.

Avec mon épouse, nous avons très vite rencontré une amie psychiatre à la retraite, pour savoir si notre douleur était normale, si nous avions besoin de plus d'aide. Elle nous a juste conseillé de respecter le parcours de l'autre et de faire une place pour l'autre. En tant qu'homme, je me suis noyé dans le travail...mais en essayant de continuer à discuter avec mon épouse. A chaque fois qu'elle me parle de notre fille, cela me fait mal, et j'ai tendance à me refermer...réflexe masculin que j'essaye d'éviter...

Mon fils s'est également refermé sur lui-même, ne voulant pas en discuter...dans sa grotte. Puis un jour, c'est venu, nous avons parlé.

Heureusement, nous avons eu un soutien très fort de nos amis, en leur disant clairement que nosu avions besoin d'eux, que nous saurions leur dire quand ce n'était pas le moment, mais qu'ils n'hésitent pas à nous contacter: certains ont peur de déranger...alors que nosu avons besoin de parler de notre enfant.

 Et pensez à vous. Votre entourage en a besoin.
Je vous embrasse très fort et souhaite que vous trouviez vite du réconfort.

2
Dépression / Re : Puce de 11 ans et demi, et dépressive
« le: juillet 10, 2012, 12:54:42 pm »
Bonjour.
je reviens vers vous pour des amis qui ont un problème similaire avec leur enfant et qui s'inquiètent de la rentrée prochaine. Avez-vous pu finalement gréer la situation et votre fille sera-t-elle dans la même classe l'année prochaine? Le "groupe" de filles s'est-il calmé et a-t-il maintenant accueilli votre fille?
Merci de votre réponse.

3
Bonjour Isa.
Je reviens vers vous car j'ai vu votre message, mais n'avais plus mon mot de passe. C'est vrai, cela manque un peu de traffic sur le forum, principalement dans la rubrique Prévention, alors que c'est là où il y a énormément besoin d'échanger.
J'espère que votre contact avec l'association a été bon.
Si c'est la deuxième tentative de suicide pour votre fille, c'est du sérieux et je comprends votre angoisse.
Est-elle suivie actuellement et avez-vous pu avoir un contact avec les soignants lorsque vous l'avez emmené aux urgences après sa TS. Avez-vous pu la faire intégrer dans un centre comme le centre ABADIE à Bordeaux ou le centre Montsouris à Paris?
De même, essayez de rester serein et de vous protéger, même si cela est tellement dur dans ces périodes d'angoisse.
De tout coeur avec vous et surtout, faites tout pour qu'elle reprenne goût à la vie.

4
Bonsoir.
Comment va votre fille?
Est-elle sortie d'hôpital et avez-vous pu organiser son retour, et surtout, la suite? Avez-vous pu faire le point avec les soignants pour trouver ce qui lui fera aimer la vie?
A vous lire.
Nicolas

5
Bonjour.
Je viens de relire votre belle lettre. Que c'est dur de voir son enfant se faire mal alors qu'on lui donne tout son amour.
Courage et à bientôt.

6
Nsu rentrons dans la dernière quinzaine de la campagne et force est de constater que les lettres aux candidats sont restées "lettre morte". C'est dommage, mais quand même, la sensibilisation au suicide et au besoin de le prévenir n'a jamais été aussi forte, même si le chemin à parcourir reste énorme.

7
Merci Christine pour ce témoignage. Et bravo pour toutes ces démarches et votre combat.
Conservez cette énergie. Ce que vous décrivez est trop fréquent: absence de place, manque d'information et de coopération avec les parents. Heureusement, les soignants sont de plus en plus sensibles à ce problèmes, mais les besoins de place sont tellement supérieurs aux capacités!
Encore bravo et merci. Et prenez soin de vous également, car votre fils a besoin de toute cette force maternelle.

8
Je confirme. J'ai bien eu les infos en appelant en direct et j'aurais dû supprimer ce message. Merci Lélie et Coro.
A bientôt.

9
Signes de mal être / Re : Harcèlement scolaire
« le: mars 17, 2012, 06:17:54 pm »
Merci pour cet article.
Il y a maintenant une nouvelle forme de harcèlement, via Facebook et les réseau sociaux.
Dans ce cas, ne pas hésiter à appeler Net Ecoute Famille: Ligne d’écoute pour la protection des jeunes sur Internet: 0820 200 000 -  de 9h00 à 18h00 du lundi au vendredi. Ils ont en plus une ligne spéciale pour les éducateurs subissant ou confrontés à ce type de harcèlement.

10
Bonjour JNL.
Je ne suis pas spécialiste et uniquement parent. Si votre fille a fait des tentatives de suicide, c'est effectivement grave et je vous comprends, nous sommes complètement démunis sans ce cas. Appelez l'Association Phare Enfants Parents pour déjà, avoir quelques renseignements et du soutien. Il est important de ne pas être seul face à ce problème. Si déjà vous arrivez à dialoguer avec les médecins, c'est hyper important.

Votre fille a-t-elle été hospitalisée? Avez-vous trouvé une place dans un centre spécialisé?
Une chose est certaine, vous aurez raison dans tout ce que vous ferez pour l'aider.

Courage.  Nous sommes avec vous de tout coeur et prenez soin de vous deux, avec votre épouse. C'est tellement important d'être deux.

11
Je suis en deuil après le suicide d'un enfant / Après trois ans...
« le: février 17, 2012, 08:59:47 am »
Bonjour.
Aujourd'hui, c'est la date anniversaire du départ de Sixtine. Trois ans déjà, et le choc est toujours présent. Peut-être le moment de faire un petit bilan et de partager avec vous.
Tout d'abord, nous deux, les parents. Ma femme me disait ce matin:"c'est comme un incendie de Forêt. Tout brule en surface et les amis voient que tout a été détruit. Mais la forêt repousse et la vie reprend... Seulement les racines des arbres continuent à se consumer, et nous sommes ces racines". ce choc, il nous faut apprendre à vivre avec, car il sera toujours là au fond de notre cœur, et n'est-ce pas un peu ce que nous souhaitons, car il nous permet de faire vivre notre enfant.  Si on pouvait parler de notre fille avec nostalgie et amour, sans à chaque fois cette émotion négative et cette tristesse, ce que ce serait bien: mais n'est-ce pas là le travail du deuil ?
Les amis et la famille: nous ne voulons pas une seconde mort de notre fille par un oubli. Les amis, continuez à parler avec nous de notre fille. N'hésitez pas à laisser sa photo bien visible quand nous venons vous voir. Ne nous plaignez pas, mais continuez à la faire vivre par des petits gestes. Rien ne nous fait plus plaisir.
L'association PHARE: merci à Thérèse et à toute l'équipe pour ce travail réalisé, à la fois dans la prévention et dans l'écoute. Le fait d'avoir participé à la création de forum et de le voir vivre est important pour moi. Se dire que le départ de nos enfants peut être autre chose qu'un abandon et un échec, qu'il peut aider et avoir une suite "positive". Continuons donc à échanger sur ce forum, à le faire vivre. 
A bientôt.




12
Troubles du comportement et addictions / Re : je recommence
« le: février 17, 2012, 08:38:01 am »
Bonjour Stéphanie.
désolé pour ce silence, mais nous sommes partis à l'étranger, en asie, pour un séjour et pour nous ressourcer avec mon épouse. Cette période est dure à vivre pour nous car elle correspond à l'anniversaire du départ de notre fille. Depuis cette date, nous essayons de vivre chaque petit plaisir de façon intense, en profitant ce que la vie nous apporte de beau.
Et Dieu seul sait ce que la vie mérite d'être vécue, malgré ces moments durs et ses difficultés.  C'est pour cela que je ne peux que vous dire continuez, battez-vous, vivez!
La vie est faite d'espoirs alors que le suicide est une fin sans retour, pas un échappatoire.
Gardez cet espoir et n'abandonnez pas. 

13
Troubles du comportement et addictions / Cyberdépendance
« le: janvier 18, 2012, 12:12:32 pm »
Bonjour à tous. dans le cadre de Phare Enfants Parents, nosu avons organisé deux conférences avec l'Ecole des Parents 49, sur les difficultés liées à l'utilisation d'Internet. Voici le lien pour cette présentation qui vous donnera des références où aller chercher de l'info et de l'aide http://www.phare.org/la_parentalite_l_ere_des_ecrans_2011-10-14-24.html.
 En synthèse:
- Dialoguer avec vos enfants et ados, sur le sujet,
- Passer progressivement d'un contrôle très stricte pour les jeunes enfants à plus de confiance pour les ados, mais avec des règles claires et quelques outils de contrôle parental.
- Ne pas diaboliser internet, qui est un outil très puissant et utile, mais connaître les risques et en informer les enfants.
- Maîtriser un minimum tous ces outils pour pouvoir en parler, et si necessaire, se faire aider par un autre parent de son entourage.
Bonne lecture. Nicolas

14
Troubles mentaux / Re : message d'accueil
« le: janvier 18, 2012, 12:03:09 pm »
Merci Stéphanie de ce partage d'information. Toute expérience, même douloureuse, peut apporter à d'autres. Vous arlez du manque de soutien de votre famille. N'hésitez pas à dire ce que vous aimeriez que votre famille et vos parents fassent, comment vous souhaiteriez qu'ils se comportent...a bientôt.

15
Nicolas, Mélanie (ma fille) avait alerté le médical militaire sur ce qu'elle subissait, ce harcèlement, cette pression...... Je me dois de finir ce qu'elle avait commencé, je me suis entretenue avec mon avocat, il y a faute, les services techniques de le gendarmerie ont fait leur enquête, il y a faute....... mais cela sera peut- être difficile de le prouver au pénal. Je dois réhabiliter l'honneur de ma fille, elle le mérite tellement: son métier était sa passion, anéanti en peu de temps.........Elle s'est battue jusqu'au bout. J'ai contacté, également, cet avocat qui s'occupe d'une affaire similaire et médiatisée, je veux que cela fasse jurisprudence.....Voilà pourquoi je tiens !!!!!!mais je le reconnais je suis épuisée, mais je dois, aussi, être présente pour mes deux autres filles. MA vie n'est devenue qu'un combat, pour survivre............courage à vous aussi, de tout coeur.
Bonjour Cathy. Bien sûr continuez si cela peut vous porter et surtout faire vivre le souvenir de Mélanie.
Mais prenez également soin de vous. Je sais que vous avez conscience que cette procédure sera difficile et parfois, désespérante (comme nous le vivons aujourd'hui). Je ne peux que vous souhaiter, si cela est possible, et si possible, de retrouvez une sérénité indépendamment de ce combat pour éviter que celui-ci ne vous assomme par sa lenteur.
Merci pour vos encouragements et à bientôt.

16
Merci Jissie.
Ce texte est si beau. Je l'avais déjà lu, mais cela fait vraiment du bien de le relire.
Nous avons reçu aujourd'hui une lettre d'une amie de notre fille qui nous a quittée il y a trois ans. Un petit message pour nous dire qu'en cette période de fêtes, elle pensait à notre fille qui était sa meilleure amie et nous envoyait toutes ses pensées.
Quelle joie nous a fait ce petit message car il nous montre que notre fille est toujours vivante dans le coeur d'autres personnes que nous, les parents. Un grand merci à cette jeune fille qui nous montre qu'il ne faut pas hésiter à prendre sa plume quand on le sent.  :D

17
Bonjour.
Merci pour ce message. Vous avez raison, nous garderons toujours en nous cette douleur de la perte de notre enfant. que ce décalage est dur lorsque nos amis continuent leur vie "normale" et considèrent que c'est fini, que nous avons passé le cap et nous regardent d'un drôle d'air quand nous leur parlons de notre enfant comme si il vivait toujours. Ces instants de tristesses dans ces fêtes de famille sont si dures, avec tous ces cousins jeunes mariés, ces enfants et ces vies qui continuent alors que...
Après trois ans, je me surprends à ne pas oser en parler de peur de choquer ou de blesser, et c'est idiot. si il y a juste une chose que le départ de nos enfants devrait nous avoir apprise, c'est justement de faire ce dont nous avons besoin et de vivre. la relation à l'autre devrait être si simple, et nous n'osons pas. Pour moi, je n'arrive pas à parler à mon fils de sa soeur disparue...et je suis certain que lui n'ose pas non plus. Je m'étais dit que nous en discuterions pendant ces fêtes, et nous ne l'avons pas fait.
je garde cependant un bon souvenir de tous ces instants en famille et ce, malgré ces grands moments de solitude. C'est peut-être cela: profiter de ces instants de bonheur partagés et les mettre en avant tout en vivant les autres au mieux.
Courage et profitons de cet espace de parole pour échanger.

18
skandareia, ce soir je suis comme vous, ailleurs......nous sommes réunis avec ma maman, mes filles et mon mari, mais le coeur n'y est pas; mon papa est à l'hôpital, ma deuxième va rejoindre son copain et ma petite dernière s'est isolée dans sa chambre pour aller pleurer l'absence de sa grande soeur. Elle lui manque tellement !!!!!nous sommes comme trois zombies dans ce salon où règne une ambiance muette (heureusement il y a la télé !!!!!) Mélanie me manque, mon papa me manque ....(il est tout seul, le pauvre !)voilà le noel que nous passons .............. Pour couronner le tout , nous n'avons même pas pu offrir des cadeaux à nos filles, les finances ne suivent plus !!!! NOEL 2011 !!!!!! Alors, moi je ne garde pas mes larmes, je les partage avec mes proches.
Bonjour Cathy.
Votre message est emprunt de tristesse, mais vos proches sont là et ont besoin de vous.
Nous sommes avec toute ma belle-famille, une trentaine de personnes, avec plein de jeunes...C'est la joie, une de nos nièces vient de nos annoncer son mariage. Mais nous nous regardons régulièrement avec mon épouse: notre fille nous manque, malgré son frère et sa petite famille qui sont si présents. C'est elle qui aurait pu nous annoncer cette bonne nouvelle.
L'important reste d'être avec ceux qu'on aime et de pouvoir partager avec eux, même si ce sont des larmes. Nosu avons vécu le pire...demain ne peut être que plus beau.   
Nous sommes de tout coeur avec vous et votre famille. Et surtout, donnez beaucoup d'amour à votre dernière fille.

19
S'il vous plait, tenez moi au courant des prochaines réunions, je suis dans le sud et je pourrais prendre mes dispositions. J'en ai besoin, ici il n'y a rien !!!!!!!! merci à tous
Bonjour Cathy.
Je relis votre message très tardivement. je pense que vosu parlez des dates des groupes de parole. Elles sont disponible sur le site dans la rubrique actualités, à droite. Les voici:
17/12/2011

2012 :
21/01
25/02
31/03
28/04
26/05
23/06
Bon courage. Un papa qui fait partie de l'association.

20
Bonjour.
Juste pour vous faire profiter d'une adresse qui a très bien fonctionné pour un jeune de 26 ans en difficulté (drogue, pas de boulot, complètement déboussolé). il s'agit de la méthode http://psy-gede.fr/, près de Langon (33)
Il s'agit de sessions de 5 jours, avec un point 6 mois après.
Ne vous arrêtez pas à l'inspiration catholique de cette association. Les psychologues sont des professionnelles reconnues, la personnalité est au centre des travaux et chacun est libre de parler de ses croyances ou pas.

Si vous avez des adresses de ce type et dans d'autres départements, n'hésitez pas.

Pages: [1] 2