Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - vanille

Pages: [1]
1
Bonjour,
Je compatis à votre peine et à vos douleurs, AINSI qu'à votre combat.
Pour mon cas c'est ma petite soeur de 18 ans qui c'est suicidée... après plusieurs tentatives...non prises au sérieux...
Après avoir refusée l'hospitalisation pendant longtemps elle a enfin souhaité se faire soigné.
En effet, 10 jours avant son décès elle c'est rendue d'elle meme avec ma maman chez son médecin traitant.
C'était sa remplacente, devant les propos suicidaire de ma soeur elle l'envoie à l'hôpital le plus proche, dans lequel ma maman l'emmène de suite.
Après un accueil douteux puisque au vu de la lettre du médecin, la secrétaire lui rétorque un " toutes façons il n'y a pas de place", puis après un moment d'attente (et après une crise de colère de ma soeur) le psychiatre la reçoit.

Une heure après environ, ma soeur sort, et dit à ma maman " il a dit que j'était pas en danger et que pour lui la mort et les esprits n'étaient pas des sujets tabous". Voilà donc ma maman, n'ayant même pas aperçus le psychiatre se voit contrainte de rentrer avec ma soeur... dans un état au moins équivalent ( voir pire) qu'en arrivant.

10 jours après, suite à une mauvaise soirée ma soeur se suicide par médicaments.

Je me sent coupable d'avoir eu des mots maladroits... mais j'en veux à ces médecins...

Un mois après le décès de ma soeur nous avons obtenus le compte rendu de cet entretien psychiatrique.
C'est honteux ! Elle lui à clairement dit qu'elle avait déjà essayé de se suicider, qu'elle pensait à la manière de recommencer etc.
Il estime qu'elle n'est pas en dépression mais lui diagnostic des troubles du comportement peut-être Borderline (ou TPL maladie mentale grave). Puis il l'a laisse repartir sans avertir qui que ce soit....... ni lui apporter aucun conseil. RIEN.

Nous demandons le dossier médical.
Et comptons effectivement porter l'affaire devant les tribunaux.
J'ai le sentiment qu'elle ne devait pas mourir, qu'elle est morte par erreur...
Je n'en resterais pas là. je veux aussi que sa vie, ai un sens. Celui de faire connaitre cette maladie mentale et dénoncer ce système médicale qui " s'en fou royalement".

Courage à vous.

2
Bonjour ronald,

Je tiens d'abord à vous remercier pour votre message.

En effet, la société va mal mais cela suffit-il à expliquer de tels comportements de la part du corps médical ?
J'ai le sentiment que certains professionnels de santé sont "blasés" et que soignés, guérrirs, sauvés les patients ne sont plus forcément
leur priorité. Ils préfèrent donner une ordonnance pour entretenir l'industrie pharmaceutique cela arrange tous le monde et pendant ce temps là ils on l'impression de faire leur travail.

Devant le peu de moyen qui leur sont accordés, une ordonnance semble résoudre les douleurs physiques comme morales...peut importe les conséquences.


Pour ma part, j'ai l'impression que je ne me remettrais jamais vraiment du départ de ma soeur qui n'est pas ce qu'elle voulait, j'en suis certaine, une partie d'elle aimait la vie, seulement la vie était trop cruelle pour elle. Sa dernière soirée, elle a été trahie par "sa meilleure amie" qui l'a insultée et s'est arrangée pour que son petit ami la quitte... alors qu'elle savait que ma soeur était fragile est qu'elle pouvait recommencer une tentative (je lui ai envoyée un message moi-même pour lui demander de me prévenir si elle savait quoi que ce soit car je m'inquiétait énormément pour ma soeur). Avant d'avaler ses cachets ma soeur à envoyé un message à cette meilleure amie pour lui dire que cette fois c'était trop et qu'elle n'en pouvait plus mais qu'elle l'aimerait toujours...

Elle ne pouvait pas affronter la vie et ses difficultés, le psychiatre n'aurait jamais dû la laisser repartir mais il voulait peut-être allez "diner" c'était l'heure après tout !

Je voudrais m'engager pour faire connaitre cette maladie " borderline" afin de pouvoir la diagnostiquer à temps et ainsi "sauver des vies", je veux que l'histoire de ma soeur sauve des vies.
Et même s'il faudra du temps, elle le fera.

Je suis sincèrement désolée pour votre fils.

J'espère que vos douleurs se calmerons...

Cordialement.

3
Bonjour,
Je viens vers vous pour vous raconter mon histoire en espérant que peut-être cela me soulagera...
Voilà, le 15 Décembre dernier (2013) ma petite soeur de 18 ans (j'en ai 32) c'est suicidée.
Elle n'allait pas vraiment depuis 2 ans, mais nous ne la comprenions pas...
Elle était sous anti-dépresseur, était déscolarisée, refusait de faire un apprentissage...
Par contre elle se maquillait, faisait des photos d'elle (elle aurait voulue être mannequin nous avons tenter de l'en dissuader), tantôt sortait avec ses amis, tantôt (cet été) faisait une tentative de suicide, changeait de petit amis etc...
Nous n'arrivions pas à la comprendre et avons parfois été dur avec elle ( nous sommes tous plus agés).
J'avoue avoir eu beaucoup de mal à la cerner et je n'avais le meilleur lien avec ma soeur...
Et là... le 31 octobre 2013 je la voie arriver à l'anniversaire de mon papa ( son papa c'est suicidé quand elle avait 2-3 ans elle ne l'a jamais connue mais mon papa acceptait de jouer le rôle de beau père) elle était complètement "stone" !!!
Elle m'a avouée avoir fait une tentative de suicide (cachets) 2 jours plus tôt pour une dispute en formation...
mais ma maman(avec qui elle vivait seule) n'a pas appelée les pompiers puisqu'elle était "juste endormie".
je ne comprend déjà pas ma maman de n'avoir prévenus ni nous ni les pompiers ( ma soeur menaçait de se suicider si elle allait en hôpital psy). Je discute avec elle outré, estomacer, je ne savais pas quoi dire, quoi faire...évidement elle disait que c'était la dernière fois, qu'elle ne recommencerais plus etc...Stupeur ! je m'en vais voir mon papa puis je m'appercois de son absence... Ma belle soeur l'a ramené chez elle car elle voulait dormir... je trouve cela honteux, je pense qu'il aurait fallu la garder avec nous !!!
Les 3 semaines suivantes on se rapproche.. j'était contente elle aussi.
Puis à l'anniversaire de ma fille ! Dispute ! Mon conjoind s'en mêle... du coup elle s'enferme dans la voirure ! j'ai réussie (après x tentatives de tous) à la faire rentrer à la maison. Mais elle préviens ma mère qu'il y aura des conséquences et qu'il faudra les assumer !( ma mère ne prend pas ca au sérieux... moi pas trop non plus). La soirée se passe mais elle reste isolée dans "son monde".
Quelques jours après, elle fait une tentative de suicide suivis d'un coma, ma maman appelle les pompiers mais pas la famille !
(j'ai  appris cette tentative apres son décès !!!!!!!)
Rentrée à l'hôpital à 18h dans le coma puis à 22h l'hôpital préviens ma mère que sa fille est réveillée, sortie d'affaires, qu'elle souhaite sortir, donc il faut venir la chercher..............Ma soeur part en marchant comme elle peut et rentre avec ma maman dépitée.
Rien aucun conseils, pas du tout envie de la garder à l'hôpital, juste un rdv psy le lendemain matin auquel ma soeur ne se rendra pas...
Bref le 4 Décembre ma soeur décide elle même de se faire hôspitaliser (ouf) ma maman l'emmène chez son médecin traitant (remplacante) qui lui fait un courrier pour hôspitalisation.
Ma maman se rend donc à l'hôpital le plus proche (le même). Au vu du courrier du médecin la secrétaire les "accueils" d'un " toutes façons y a pas de place" !!!
Tous ce gâte lorsque le psychiatre qui s'entretiens finalement avec ma soeur la laisse ressortir au bout d'1h (environ) d'entretien...
Ma maman dépitée rentre avec ma soeur car le psy lui aurait dit qu'elle n'était pas en danger........................................
10 jours plus tard ma soeur meurt...
Le compte rendu de cet entretien est pourtant éloquent ma soeur dit mot pour mot qu'elle à déjà éssayer de se tuer, qu'elle à déjà réféchie à plusieurs mécanismes de le faire... Il émet un diagnostic de troubles du comportement peut-être borderline mais pas dépressive. Puis il lui à fait un simple arrêt de travail...
Je suis choquée qu'il ne l'ai pas hospitaliser ou même orienter vers un autre établissement afin d'approfondir le diagnostic et de la protéger...
Voilà en fait je n'accepte pas son décès j'ai la certitude que cela pouvait être évitable...




4
Bonjour à tous,
Juste un petit message afin de faire connaitre d'avantage les troubles du comportement limites (TPL ou Borderline).
C'est une maladie mentale difficile à détecter par la famille.
Ce trouble désoriente complètement les malades, leur fait perdre confiance en eux, les rends agressifs même envers ceux leur voulant du bien, surtout les malades développe une hypersensiblité. C'est une maladie qui se soigne très bien malgré tous.
Malheureusement, elle reste trop méconnue et famille et amis peuvent avoir tendance à considérer sautes d'humeur, colère et manque stabilité comme des caprices puisqu'un coup ça va, un coup ça va plus ! sans que personne n'y comprenne rien (pas même le malade ce qui le fruste énormément).
Si je tiens à vous communiquer ce témoignage c'est parce que ma petite soeur en à souffert mais sans traitement ( le diagnostic à été communiqué apres la décès !!!) et sans notre compréhension elle c'est malheureusement suicidée.
Je voudrais informer et sensibiliser sur cette terrible maladie qui se soigne...
Si vous ou un de vos proches à des symptômes tels que la vie deviens un vrai combat chaque jour, je vous invite à consulter un psychiatre.
Cordialement.

Pages: [1]