Auteur Sujet: Les conseils de PHARE Enfants-Parents  (Lu 1999 fois)

moderateurphare

  • Modérateur Global
  • Nouveau membre
  • *****
  • Messages: 8
    • Voir le profil
Les conseils de PHARE Enfants-Parents
« le: juin 13, 2012, 11:56:54 am »
Il arrive fréquemment que les proches d'une personne s'étant donné la mort nous appellent pour nous demander comment l'annoncer aux enfants. Hélas il n'y a pas de recette qui pourrait empêcher la souffrance immédiate, mais des moyens pour prévenir - autant que faire se peut - éviter des complications ou des répercussions graves à l'adolescence et l'âge adulte.

Ce qu'il faut savoir de la perception de la mort chez l'enfant pour mieux appréhender le problème :
  • de 0 à 6 mois : l'enfant perçoit la souffrance de son entourage et un changement dans les soins qui lui sont apportés.
  • de 6 mois à 2 ans : l'enfant détecte l'absence du parent disparu. Il va le chercher dans les endroits où il avait l'habitude de le voir et demander fréquemment quand est-ce qu'il revient, où il est car il n'a pas de vrai compréhension de la mort.
  • de 2 à 5 ans : le concept de mort murit et la mort est associée au sommeil, à l'immobilité. L'enfant va poser des questions sur la mort sans pour autant intégrer tout de suite le côté définitif.
  • de 5 à 8 ans : Le concept de mort est à peu près compris, l'idée de permanence de la mort, de l'arrêt des fonctions vitales, l'idée que lui aussi peut mourir. Il ressent de la peine, mais s'il sent que son entourage refuse d'en parler, il va cacher son chagrin.
  • de 8 à 12 ans : la compréhension de la mort est la même que celle des adultes. Pour prouver qu'il est grand il pourrait être tenté de masquer son désarroi, et sa souffrance pourrait passer inaperçue. Il faut l'aider à extérioriser sa douleur.
  • A l'adolescence : le deuil prend la connotation de ce qui fait toute l'adolescence : une envie, un besoin de soutien que le jeune rejette parce qu'il est en colère d'avoir encore besoin des adultes. Leur chagrin s'exprime dans les larmes autant qu'il se cache sous l'apparence de l'indifférence.
Dans tous les cas, il s'agit de dire la vérité à l'enfant sans passer par des périphrases :" il est parti vivre dans le ciel", "il est avec madame la lune..." Bien sûr la nécessité de dire la vérité ne signifie pas qu'il faille entrer dans les détails. Il faut simplement en dire suffisamment pour que l'enfant ne fasse pas son propre scénario, qui pourrait s'avérer pire encore que la réalité. Ensuite l'enfant posera de lui-même les questions pour avoir des précisions lorsqu'il se sentira prêt à entendre. Il s'agit donc de répondre du mieux qu'on peut sans devancer la demande s'il s'agit de jeunes enfants.

L'enfant va avoir besoin d'être soutenu et rassuré. Dans le cadre d'un suicide, on peut expliquer à l'enfant que son papa ou sa maman se sentait si malheureux qu'il ne trouvait plus la force de vivre. Il savait que toute la famille l'aimait fort mais que malgré cela il a décidé de mourir parce qu'il souffrait trop. Si le parent était dépressif, on peut dire à l'enfant que son cerveau ne fonctionnait pas comme d'habitude ce qui l'a poussé à se donner la mort. Ce n'est la faute de personne et surtout pas la faute de l'enfant quelque soit son âge. Il est important de le rassurer également, car il pourrait craindre un nouveau drame, la disparition de l'autre parent.

Il est bien pour que l'enfant comprenne que la mort fait partie de la vie, de prendre des exemples dans la nature, les plantes, les fleurs, les animaux pour faire le parallèle et montrer que pour les humains c'est la même chose. Un rituel peut être mis en place : par exemple: au moment du coucher l'enfant peut s'adresser à la personne disparue et lui dire qu'il l'aime et qu'il pense à lui.

Nous venons de parler de rituel : le rituel funéraire est important à vivre pour l'enfant : il comprend mieux ce qui se passe, ne sera pas dans l'attente du retour de son parent et va pouvoir lui dire au revoir. L'enfant devra être préparé au déroulement de la cérémonie.

Enfin, il existe toutes sortes de petits livres qui en fonction de l'âge de l'enfant vont permettre à l'entourage d'expliquer et de parler de la mort. Des livres aussi pour les parents pour les accompagner comme : "Les meilleurs rituels pour mon enfant", de Petra Kunze et Catharina Salamander, même s'il n'est pas centré uniquement sur les rituels liés au deuil.
« Modifié: juin 25, 2012, 05:20:31 pm par PhareAdmin »