Auteur Sujet: Poêmes  (Lu 3330 fois)

mexico64

  • Membre Actif
  • ***
  • Messages: 101
    • Voir le profil
Poêmes
« le: novembre 09, 2012, 09:43:11 am »
Pour Alix, pour nous tous et toutes:

Ainsi il nous faut perdre pied,
Tant de douleur efface les heures.
Je ne reconnais plus les miens,
Et ce qui m'était agréable
Tombe comme une coquille vide.

Le miroir me renvoie l'image d'une étrangère.
Je ne suis plus car tu n'es plus.
Tant d'amour m'a été arraché,
Que je dois apprivoiser celle qui me regarde.

Voici que je comprends ce qu'est une âme en peine.

Mon cerveau a été frappé d'un tel choc,
Qu'il lui faut se confronter jour après jour
A cette réalité que tout mon être repousse.

Voici la colère, voici mes tripes
qui hurlent un NON bien dérisoire.

Seules les larmes peuvent apaiser ce feu,
Les miennes et celles de ceux à qui tu manques.

Tu nous manques tant.

Ainsi je t'ai perdue, ainsi je me suis perdue.
Mais te voilà à nouveau,
Tu es là au creux de mon âme,
Dans un souffle de vent,
Dans l'eau que je bois,
Dans un rêve: preuve de ta présence,
Promesse de l'étreinte éternelle.


muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : Poêmes
« Réponse #1 le: novembre 11, 2012, 04:59:48 am »
     
 
     Il n'y a pas un jour qui ne passe
     Sans que de toi parler je ne me lasse
     Il n'existe plus une nuit de ma vie
     Sans que je ne cherche l'insomnie
     Poussée de lierre qui enlace
     Maison de pierre qui menace
     Mais j'irai chercher jusqu'à l'infini
     La liqueur douce amère qui dissout l'oubli
     Peu à peu dans mon esprit embrouillé
     Il faudra bien que lumière trouve place
     Peu m'importe tous les jours de pleurer
     Que mon coeur saigne et souvent se glace
     De t'avoir perdu un si beau jour de soleil
     Savais-tu que plus rien ne serait pareil ?
     Rien n'obligera que ma raison s'y fasse
     Car de ta joue j'ai vu cette larme couler
     Savais-tu que tu allais t'envoler ?
     Je voudrais que tu saches à quel point je t'aimais
     Je t'aime et aujourd'hui il me faut de donner
     Toute la force que je puiserai en moi
     Pour que de là-haut tu sois fier de moi
     Mon Amour je vais recréer ce lien
     Tu le mérites tant mon fils , mon Sébastien .

Un petit poème pour Sébastien écrit le 22 juillet 2012

Merci mexico , ton poème est si juste , il me colle à la peau . Ecrit pour Alix avec tant de justesse et de délicatesse .

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : Poêmes
« Réponse #2 le: novembre 24, 2012, 01:32:27 pm »
Il m'a fallu du temps
Pour comprendre que tu ne reviendras pas

Il me faudra du temps
Pour admettre que tu ne reviendras pas

J'ai trouvé le temps
Pour réaliser que tu es pourtant toujours là .

PandaMother

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 42
    • Voir le profil
Re : Poêmes
« Réponse #3 le: octobre 15, 2013, 10:26:29 am »
J’ai croisé un jeune homme aux cheveux longs
À l’arrêt du bus, mais ce n’était pas toi
J’ai aperçu un garçon portant un chapeau
Devant ton lycée, ce n’était pas toi
J’ai entendu des pas dans l’escalier, couler la douche, sonner le téléphone
Ce n’était jamais toi

Ce ne sera plus jamais toi dans la rue, dans la maison, dans le jardin, au téléphone
Plus jamais toi ailleurs que dans mes souvenirs

J’entends du bruit dans ta chambre
Je retrouve ta porte ouverte
Ce n’est jamais toi
Tu n’étais pas là pour Noël, pour mon anniversaire, celui de tes frères
Tu n’étais pas là non plus pour ton anniversaire
Tu n’auras jamais dix-huit ans, même quand le 2 octobre sera revenu cent fois

Tu ne seras plus jamais là, dans la rue, dans la maison, dans le jardin, au téléphone
Plus jamais ailleurs que dans nos souvenirs

Quelqu’un a nourri le chat
Ce n’était pas toi
J’ai pris soin de tes plantes
Parce que tu n’es plus là
J’ai regardé le soleil se lever et se coucher trois cents fois
Jamais plus avec toi
Quelqu’un a posé sa main sur mon épaule
Mais ce n’était pas toi

« Nul n’a pleuré plus loin que moi »
Je trouvais cette phrase trop théâtrale, à 12 ans
Aujourd’hui, celui qui n’a pas perdu son enfant
N’a pas pleuré plus loin que moi

Je sens toujours la douceur de ton bras,
La chaleur de ton genou sous ma main
Ta voix continue de résonner sans fin
Même si tu n’es plus là

Je ne réponds plus au téléphone
Je n’ouvre plus mon courrier
Parce que ce n’est plus toi
Plus jamais toi
Je relis tes lettres et tes sms
J’ai gardé ton numéro dans mon téléphone
Je n’ai pas effacé tes highscores
Je n’ai pas rangé ta chambre
Tout ce qu’il me reste de toi
Dix-sept ans de souvenirs
Et l’éternité à traverser sans toi
Quelle effrayante absurdité !

Ce ne sera plus jamais toi dans la rue, dans la maison, dans le jardin, au téléphone
Plus jamais toi ailleurs que dans mes souvenirs
Plus jamais toi