Auteur Sujet: Message d'accueil  (Lu 2031 fois)

PhareAdmin

  • Administrateur
  • Nouveau membre
  • *****
  • Messages: 33
    • Voir le profil
Message d'accueil
« le: octobre 20, 2011, 05:20:43 pm »
Bienvenue sur notre forum, n'hésitez pas à intervenir et à participer.
Cette rubrique traite des troubles de comportement des jeunes (fugues, troubles alimentaires (anorexie, boulimie), drogues et cyberdépendance, violence...) si votre enfant présente un ou plusieurs de ces troubles vous pouvez poster un sujet.
En tant qu'écoutants de Phare Enfants-Parents nous interviendrons, mais ce forum est avant tout un lieu d'échange entre parents d'enfant en souffrance.
Enfin, si vous le souhaitez vous pouvez nous contacter sur notre ligne d'écoute : 0 810 810 987.
Bon échange à tous !

coro

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Appel d'une maman qui a peur de la violence de son fils
« Réponse #1 le: novembre 25, 2011, 12:27:41 pm »
Une maman appelle ici régulièrement pour parler de la violence de son fils de 18 ans. Elle n'a pas la force physique de l'arrêter quand il commence à tout casser dans la maison, quand il se bat avec son amie et se dit qu'un jour il pourrait s'en prendre à elle. Après une crise, il promet de ne plus recommencer, mais ses promesses il ne les tient pas.
Que se passe t-il ? Ce jeune a accumulé frustration et colère au cours de son enfance et dans certaines situations il ne peut plus les contenir. Sa maman parle beaucoup avec lui, cherche à comprendre et c'est très positif et très louable, mais insuffisant. A un moment il faut sanctionner.
La sanction n'est pas punition, elle est là pour rappeler les droits et devoirs applicables à tous. Elle a pour but de responsabiliser le sujet. C'est aussi signifier un coup d'arrêt, qui  doit être expliqué au sujet comme un principe régulateur qui vise à contenir ce que lui ne peut contenir seul, c'est une aide en vue d'une libération. La sanction doit être (dans la mesure du possible) momentanément privative. Le ressort de la sanction sera donc la frustration et non pas la honte : on punit l'acte indigne et non la personne. La sanction doit s'accompagner d'un geste réparateur (des excuses, un mot...), cela permet la reconstruction.
Que peut donc faire concrètement cette maman ? Nous avons évoqué la possibilité d'une plainte et elle a décidé de graduer sa sanction, ce qui est tout à fait judicieux, elle allait le jour même faire une main courante. A la prochaine crise de violence, elle appellerait la police et le préviendrait qu'en dernier recours une plainte serait déposée pour lui et non contre lui. Une limite serait imposée par l'extérieur tout en appelant la parole pour donner du sens : explication + sanction, l'un sans l'autre ne fonctionnent pas. Enfin, la réparation pourrait venir dans l'acceptation d'un suivi psychiatrique, en lui expliquant à nouveau que ce n'est pour le contraindre mais le libérer de ses crises.