Auteur Sujet: rester debout après le décès de mon fils  (Lu 21042 fois)

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #20 le: octobre 15, 2013, 11:18:27 pm »
Thomas,

J'avais 26 ans quand tu as pointé le bout de ton nez et ouvert les yeux, un peu maladroitement, d'abord sur nous, tes parents un peu jeunots ...nous étions fou de joie et fou d'amour en découvrant ta petite frimousse qui grimaçait en nous observant et nous écoutant...

Nous avions mené jusqu'au bout, "surtout ta maman", la lente et complexe création de ton être si fragile, fait de milliards de connections, une alchimie plus que magique ...si belle....si envoutante....si bouleversante...si attachante....
Tu avais soif de voir...d'écouter....de grandir... tu étais impatient d'apprendre, tu gravais déjà chaque mouvement de ma bouche et enregistrais chaque nouveau son qui en sortait pour essayer de les reproduire à ta façon...
Tu poussais sur tes jambes quand, en te tenant, tes petits pieds touchaient le sol...tu était souriant, heureux...tu étais le plus beau bébé du monde... Tu étais notre bonheur, la concrétisation de notre amour... tu étais notre raison de vivre...tu étais notre lumière et les battements de nos cœurs.

Tu es devenu un homme à la vitesse de l'éclair, tu étais un homme bon, généreux, droit, fidèle et travailleur, gourmand et passionné, instruit ...tu étais le meilleur jeune homme du monde ....
Tu volais au secours de tes amis et amies en détresse, tu les écoutais et tu finissais par les alléger de leurs petits malheurs ... que tu gardais avec toi...tout petit déjà, quand la petite chatte du voisin avait perdue ses petits ....tu pleurais en silence avec elle.
Tu étais grand Thomas ... tu étais une vraie belle personne...

Pour tous ces cris que que tu as hurlé sans que je les entende je te demande pardon
Pour cette main que tu attendais que je te tende je te demande pardon
Pour tes douleurs insurmontables que je n'ai pas décelé je te demande pardon
Pour cette vie que tu ne vivras pas je ne m'accorderais aucun pardon

Tu étais FormiDable Thomas mon fils ....Et j'ai été FormiNable de ne rien avoir entendu.

Papa



PandaMother

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 42
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #21 le: octobre 16, 2013, 07:07:52 am »
Bonjour Eric,

te lire (vous lire tous) me touche profondément. Cette sacrée culpabilité ne m'épargne pas, moi aussi, je passe beaucoup de temps à détricoter les 17 années de mon garçon, à essayer de refaire différemment tout ce que je pense avoir mal fait... C'est incroyablement douloureux, et vain.

Je voudrais te dire que tu ne pouvais rien faire de plus qu'aimer ton fils comme tu l'as fait, tu as été près de lui, il le savait, tu lui as apporté des moments de joie, de bonheur, des bons moments. Et c'est parce qu'il t'aimait qu'il ne t'a pas montré combien il était mal. Mais son geste fou, cette décision de mourir lui appartient, il s'est trompé mais c'est lui qui a fait ce choix.

Nous faisons tous des erreurs, comme parents, avec nos enfants. C'est un peu dans l'ordre de la vie. C'est aussi comme cela qu'ils grandissent, en découvrant que nous ne sommes pas parfaits, en décidant de faire autrement avec leurs propres enfants, en pensant différemment de nous. Ton Thomas ne doutait pas de votre amour. A un moment, il a eu l'impression de ne plus avoir d'autre choix, parce que ce qu'il traversait était trop insupportable pour lui. Tu n'y es pour rien. Il était adulte, il a pris soin de ne rien laisser paraître, c'était sa décision, tu ne pouvais pas voir. Ce que tu racontes de votre vie "avant" montre bien l'amour qu'il y avait entre vous, ton attention, ta présence. Ne te torture pas davantage en ajoutant au poids de ton armure cette responsabilité qui n'est pas la tienne.

Comme Muriel, je pense que nos enfants continuent d'exister et qu'ils nous font des signes que nous pouvons repérer parfois. L'amour infini que nous avions pour eux et qu'ils avaient pour nous demeure intact.

Il y a bientôt deux ans que mon fils a choisi de mourir, et je continue de pédaler dans la semoule, avançant de deux pas pour reculer de trois, jamais sûre d'avoir envie de continuer sans lui. Ici, sur ce forum, parmi vous, je me sens moins extra-terrestre avec cette douleur qui envahit tout, vous lire me fait pleurer à chaque fois, mais cela a quelque chose d'apaisant, de comprendre que non, ce n'est pas moi qui suis folle, d'autres vivent la même horreur que moi.

Eric, je te souhaite une journée calme, essaie de voir et de profiter de moments de paix ou de plaisir, café partagé, rayon de soleil ou simplement un feu qui passe au vert au bon moment... Ta peine ne disparaîtra pas pour autant, mais tu as aussi le droit de souffler un peu, de reprendre des forces pour essayer de faire ce deuil impossible. Courage à toi, courage à vous tous.

Sophie

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #22 le: octobre 16, 2013, 08:49:16 am »
Bonjour Sophie,

Merci de ton message.
Je pars au travail avec mon armure à nouveau boulonnée des pieds à la tête...paraitre comme le rocher de Gibraltar et n'être qu'un chamalow fondu à l'intérieur.

Bonne journée à toi et à vous ....dans la paix....un peu de paix .... quelques instant de paix ... une seconde de paix ... je vous en prie.

marie-claude

  • Membre Actif
  • ***
  • Messages: 180
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #23 le: octobre 16, 2013, 04:10:02 pm »
Bien sûr il y a la fameuse armure que tous nous endossons pour évidemment interragir en société et ne rien laisser paraître ou si peu. Mais cela laisse de profondes séquelles, pour moi c'est de l'épuisement, je rentre chez moi crever et puis je réendosse cette couverture devant mon conjoint (pas le papa de ma fille) et puis devant ma famille (ils ne peuvent plus supporter ce si grand malheure cela fait déjà un an), alors je fais comme si comme vous tous mais bonjour les dégats.

Alors ce forum est une forme d'exutoire, je sais que tous nous allons nous comprendre et partager et ne pas juger. Et puis Eric, je sais la culpabilité elle nous happe tous sans disctinction, c'est une maitresse envahissante mais il faut essayer de jongler avec ses demandes incessantes sinon je ne sais ce qui nous attend au tournant, ne croyez vous pas que c'est assez difficile et carrément invivable sans en plus en rajouter ?

Essayons de tenir et puis avoir un petit jardin secret juste pour essayer de souffler et de relâcher cette pression absolument invivable. Peut-être de nouveaux projets, une nouvelle façon d'envisager les choses et puis bon se reparaître des instants fugaces où brièevement nous l'impression que notre enfant est là tout près.

Un petit peu de paix , oui, s.v.p.

Marie-Claude

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #24 le: octobre 16, 2013, 08:39:19 pm »
Oui Marie Claude, vous avez raison,

Aussi je vous livre à toutes et tous une recette inratable de petits sablés au romarin, ils sont croustillants, dorés juste ce qu'il faut, sucré mais pas trop....

Il faut mélanger dans une jarre ou un grand récipient :

- 250 g de farine
- 100 g de sucre
- 1 pincée de sel
- quelques feuilles de romarin coupées très finement au ciseaux.
- 135 g de beurre mou

Mélanger dans un premier temps avec une spatule "farine sucre sel romarin"

Incorporer ensuite le beurre coupé en petits morceaux et ramolli (si possible) sinon il faut prendre plus de temps en le malaxant avec le mélange "farine sucre sel romarin" pour faire un sable "grossier",
il faut 5 bonnes minutes de pétrissage,
c'est un moment physique ou l'on fait "corps" avec les éléments en pinçant chaque petit morceau de beurre pour le faire fusionner avec le mélange "farine sucre sel romarin"... on se concentre et on ne pense à rien d'autre en massant la pâte...

Casser ensuite un œuf moyen dans un récipient et le battre en omelette, une fois qu'il est bien mousseux, l'incorporer au "sable grossier" pour en faire une boule "amalgamée".

La réussite de cette recette est de ne pas travailler la pâte trop longtemps, plus on la travaille, plus on aura des sablés "durs" sous la dent.

Une fois votre boule réalisée, l'envelopper dans un papier film et la laisser reposer et refroidir au frigo une bonne heure.

Passé ce temps, vous sortez la boule et l'étalez sur un papier film, ni trop fine, ni trop épaisse, sur 2 ou 3 millimètres.

Passer ensuite au pinceau un peu de lait, qu'il y en ai une fine couche et saupoudrer sur toute la surface du sucre cristal.

enfourner à 180° pendant une vingtaine de minutes ou plus si vous les aimez très dorés ....

Les découper avec une grande lame, à chaud, à la sortie du four, avant que le "sablé géant" ne durcissent et ne devienne cassant.

Les déguster dès qu'ils ont refroidis ....avec une crème vanille, une compote de pomme, une mousse au chocolat ....ou tout seul.

Voilà, c'est mon yoga de l'esprit, mes moments de répit ... mes moments de paix ... mes moments de pause sans souffrance ... des moments que je vous souhaite en réalisant cette recette ... et des moments ou vous allez vous régaler ....et régaler ceux avec qui vous partagerez ces sablés ... j'en suis presque sûr.

Passons tous une nuit paisible ... en espérant un matin le plus léger possible.


PandaMother

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 42
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #25 le: octobre 17, 2013, 10:51:49 am »
Merci Éric pour cette recette de paix...

J'ai beaucoup de mal à présent à cuisiner ou faire de la pâtisserie, parce que c'est quelque chose que je faisais très souvent avec mon fils et maintenant, je me sens encore plus seule dans la cuisine.

Je vais essayer de retrouver ces précieux moments de partage et d'échange en tentant tes sablés.

Sophie

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #26 le: octobre 17, 2013, 02:15:56 pm »
Bonjour Eric ,
Ta recette est ton moment d'expression culinaire dans laquelle tu te plonges et la paix s'installe , tu te ressources et respire ton esprit occupé Thomas semble alors poser ses mains sur les tiennes et ta création est sublimée .
Je sens l'odeur de tes sablés et mes papilles salives .
Sophie c'est incroyablement douloureux , en vain ...parce tu ( on ) mets beaucoup d'énergie à ses multiples questions qui accusent et jugent , tu te torture , tu te condamne sévèrement et tu oublies les bonnes paroles , les regards amour , la maman que tu as été tout simplement qui donne sans compter , sans calcul , qui donne sont cœur . Refais mille fois ce retour des questions sans réponses des j'aurais dû et tu détruit la maman aimante , elle disparaît et laisse place à la maman médiocre que tu n'es pas . Où est celle qui pèse tous ces mots , qui perce le mystère des pensées de son enfant ? Elle n'existe pas .
On en est tous là , à refaire le monde parfait , et si et si est un assassin qui tue l'amour et tronquent les souvenirs .
Marie-Claude , même si on refuse l'armure , on n'a d'autre choix que de la porter et pourtant le poids de cette armure peut s'alléger je t'assure , la mienne était si lourde qu'elle a failli me faire tomber . C'est épuisant , tu as raison , on va l'alléger avec un pouvoir immense qui es en nous . Refuser la course en avant , prendre le temps de marcher dans la tête à notre rythme . C'est possible .
Ici notre exutoire , notre liberté de penser et de partager nos sentiments sans regards étonnés , sans jugement je te rejoins dans cette pensée .
Et cette douleur qui nous est propre , que personne vienne s'aviser de nous l'enlever , ceci n'engage que moi , laissez nous avoir mal , laissez nous gérer notre douleur et arrêtez de la nier en nous assénant de phrases toutes faites et cessez de nous complimenter quand ça va mieux et de montrer votre visage réprobateur quand ça ne va pas .
Tendresse à tous et toutes .

marie-claude

  • Membre Actif
  • ***
  • Messages: 180
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #27 le: octobre 17, 2013, 07:47:04 pm »
Vous savez je ne sais si vous avez atteint cet état de résignation, je ne sais s'il faut nommer cela abattement, indifférence???
Ces sentiments sont horribles car je me sens comme écrasé au sol et puis rien ne me fait plus sourire ni frémir. Je ne veux pas finir ma vie de manière aussi pitoyable, d'un autre côté je me dis qu'il faut envisager les choses autrement, se tenir droite pour commencer, continuer à faire bonne figure, ne surtout pas avoir l'air d'une femme complètement paumée et bon apprivoiser très doucement cet état de fait, ce choc qui n'en finit plus de me faire rebondir encore et encore.

Tenir bon et ne pas se voiler la face et serrer les dents, commencer à sourire timidement même si les hurlements ne se taisent jamais. Le courage d'avancer, de reculer et puis recommencer.

Marie-Claude

PandaMother

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 42
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #28 le: octobre 17, 2013, 08:25:37 pm »
Oh Marie-Claude, c'est tellement vrai, que les hurlements ne s'arrêtent jamais !
Presque deux ans, et soudain, comme à l'improviste, mais si souvent, cette épouvante me tombe dessus et je réalise que les premiers temps, j'étais anesthésiée, à terre mais en quelque sorte protégée de l'intensité de cette douleur... J'ai l'impression que ça ne s'arrêtera jamais. Chaque matin, chaque réveil est une torture. L'inverse du bonheur qu'on ressent chaque fois que l'on s'éveille après avoir mis un enfant au monde. On ouvrait les yeux, et la magie était là, l'enfant, cet autre merveilleux dont la seule existence me donnait tous les courages, et la joie profonde de savoir que tout était possible, puisqu'il était là.
Et aujourd'hui quoi ? Continuer ? Pour les autres ? Pour ne pas leur infliger ce que je vis ? L'éternité est trop longue.
Pardon de ne pas te réconforter, je sens juste ma peine jumelle de la tienne, de la vôtre à tous, et ça, pour moi, c'est précieux, ça ne fait pas mal.
Je pense à vous tous, qui luttez comme moi pour ne pas sombrer tout à fait.

Sophie

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #29 le: octobre 17, 2013, 08:32:57 pm »
Ni résignation et encore moins indifférence .
Il en faut du courage pour chaque matin se lever . Et de l'amour aussi .
Je suis perdue aussi , j'ai peur aussi , tout acte me paraît énorme , mes gestes et ma vie défilent comme au ralenti .
Il n'y a rien de pitoyable , d'un tel bouleversement , d'un tel choc , d'une telle blessure en plein coeur on ne peut sortir indemne .
C'est toute notre vie qui est soufflée , dévastée !
C'est terrible de faire face à la mort de notre enfant , c'est si cruel et croire à l'incroyable engendre mille tortures .
Il faut s'accrocher à toutes les branches de notre arbre de vie .
Des hurlements étouffés , notre être tout entier hurle .

PandaMother

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 42
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #30 le: octobre 24, 2013, 10:35:46 am »
Éric, j'espère que tu tiens le coup. Je voulais te dire encore merci pour ta recette de sablés, que j'ai faite avec plaisir.

Sophie

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #31 le: octobre 27, 2013, 08:12:08 pm »
Bonjour Sophie,

Merci de ton message.
Oui je tiens bon, j'avance à mon rythme, chaque minute, chaque heure, chaque jour en me battant pour rester au dessus de la houle.
Thomas me manque et j'essaye de ne pas me laisser submerger...
Je souhaite par dessus tout pouvoir transformer cette immense douleur en une sorte de "force", c'est difficile à dire, je veux essayer de devenir "meilleur", je veux transformer cette colère qui gronde en de la bonté, de la générosité et puis au delà de cette déchirure, j'ai très peur d'une certaine aigreur qui pointe le bout de son nez de temps en temps...je ne veux pas sombrer et voir sombrer ma famille.
Voilà Sophie, je fais front, je me bagarre contre les images quand elle veulent gouverner ma vie, notre vie, quand elles veulent se faire trop grandes, elles sont présentent bien sur, je ne les efface pas mais je ne les laisse pas me dominer.
C'est dans cette direction que je souhaite avancer, continuer de vivre avec Thomas mais en respirant sans étouffer, pouvoir rester debout, enlacer ma petite femme, poser sa tête sur le creux de mon épaule en restant debout en la soutenant, en la rassurant et lui prouvant que nous sommes plus proche que jamais, qu'elle peu compter sur moi et avancer en tenant mon bras et en serrant ma main très fort....
Je pense à toi, à vous, tous les jours, je lis vos messages et j'ai très peur ....de la nuit qui est tombée et des pensées qui vont me torturer... ou peut être me bercer ... je vais essayer.

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #32 le: octobre 27, 2013, 10:53:45 pm »
Bonjour Eric
Tu dis avancer à ton rythme chaque jour , chaque heure , chaque minute , nager pour garder la tête hors de l'eau , c'est si vrai . Tenter de ne pas devenir aigri , c'est difficile par moments mais devenir "meilleur" même dans la douleur , c'est un chemin possible pour peu que l'on apprenne à ne pas trop écouter ceux qui veulent nous faire courir et accepter que cette partie morte en nous le restera , ne pas lutter s'apprend petit à petit , mentaliser un jour notre être debout sur terre la tête levée vers le ciel . Ne pas avoir peur de s'écrouler et savoir devoir se relever , la colère laisse la s'exprimer et si elle te dépasse , écrase la le jour où tu pourras , ton amour pour Thomas t'aidera , ton amour pour les tiens t'aidera . On m'a dit un jour , c'était une douce personne , " Ne te précipites pas trop .." Elle avait raison . Je me suis précipitée , j'ai voulu tout gérer , contrôler mon masque ( épuisant ) j'ai pleuré , j'ai laissé la culpabilité m'envahir complètement puis j'ai serré les dents pour ne pas cracher ma colère mais elle a fusé plus fort encore . Tout est là encore mais atténué parce qu'un jour j'ai compris qu'il fallait que je me repose et j'ai accepté mon épuisement physique et psychique , je me suis donné 5 mois pour réfléchir , me regarder , penser , comprendre qu'une autre partie de moi était vivante et accepter cette partie là aussi . Réunir ce qui est mort en soi et ce qui est vivant . ( ce n'est pas fait , c'est en cours et nul ne sais le temps que cela prendra ) .
J'ai eu la chance de pouvoir me mettre en arrêt maladie pour ça , on m'a dit que j'aurais dû m'arrêter avant , et bien non en fait j'avais besoin de travailler , vivre à 100 à l'heure . J'ai respecté mon rythme tel que je le concevais .
J'ai failli devenir aigrie , j'ai stoppé à temps je crois .
Il est évident que l'on est tous différents , ce qui est bon pour l'un ne l'est par pour l'autre , respecter les différences de chacun les limites de chacun , je crois que soi-même on le sait déjà , on devine ses propres limites .
Mes pensées les plus douces pour toi .

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #33 le: octobre 30, 2013, 07:03:45 pm »
Grande journée !!!
Le palais de justice de Paris nous a rendu les effets personnels de Thomas, ils étaient sous scellé suite au décès par "mort violente" de mon fils.
J'y suis allé ... j'ai présenté ma pièce d'identité et on ma rendu, sous sachet plastique, ses 2 mobiles et ses 2 ordinateurs portables...
Une fois à la maison j'ai hésité ....pas très longtemps...et j'ai ouvert les couvercles ... d'une boite de pandore à la recherche d'un mot, d'un indice, d'une réponse que je n'ai pas trouvé.
J'ai fais non pas 3 mais des centaines de pas en arrière, j'aurais peut être pas du mais j'ai regardé des vidéos de Thomas filmée la veille, le 28 aout à 22h52 ... il était face à son écran, le regard lointain, il avait prit des "drogues", il s'endormait sur le clavier de son ordi, sa tête chancelait dans l'obscurité, il était déjà parti dans un autre monde....en silence, il y en avait une autre, de vidéo, ou il ne disait rien, allongé sur son lit, 6 ou 7 heures avant qu'il nous soit arraché... 30 minutes de silence insupportable au cours desquelles j'ai l'impression que lui même ne savait pas encore.
Il s'est endormi et juste à son réveil est allé au bout du choix qu'il n'avait pas...du non choix que ses souffrances lui imposaient... il a sauté ... des 27 étages, où il est tombé, en se penchant, sous les effets de la codéine qu'il avait prit en quantité inimaginable d'après le médecin légiste.

Le malheur est là,
Thomas n'est plus de ce monde,
Thomas ne nous sera jamais rendu,
Thomas est le vent ou la pluie ou le tonnerre ou les vagues,
Thomas est quelque part ici ou bien là en tourbillon ou en tornade
Thomas est là haut ou en bas ou ici ou bien loin
Thomas est mon fils, il me manque à jamais.

Non j'aurais pas du ouvrir le couvercle...ce n'est pas possible ...je n'y crois pas .... ce n'est pas vrai.... Thomas va me téléphoner...là tout suite...là maintenant...c'est bon on arrête de jouer...aller mon grand...je mets ton couvert...je t'attends et t'attendrais toute l'éternité...maman t'attend aussi ...si tu es fâché avec moi...je te pardonne...aller sonne, toque, frappe à la porte...aller Thomas ...vite avant que mon cœur s’arrête de battre...avant que je décide d'aller de rejoindre.






erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #34 le: octobre 31, 2013, 03:21:37 am »
Roulez et roulez une et mille larmes de sang
Sur mes joues pétrifiées d'effroi et de tourments

En roulant sur ma peau des entailles vous sculptez
Des crevasses de pierre glacées et aiguisées

De mes joues vous glissez jusqu'au sol, à mes pieds
Dans les airs vous tombez les deux bras écartés

Vous hurlez en silence juste avant d'exploser
En un grondement d'effroi âme et cœur déchirés

Personne ne veut entendre de peur d'être blessé
Seul moi juste un papa torturé et blessé

Ronde et belles et rieuse presque comme un bébé
Ces larmes sont peut être toi juste avant de tomber

Plutôt de d'éclater elles auraient du rouler
Dans le creux de mes mains, si j'avais écouté ...

Cette détresse et cette peine que le monde t'infligeait
Et oui que je m'en veux te t'avoir négligé

C'est au creux de mes bras que tu serais tombé
Comme quand tu trébuchais, là, juste à mes cotés.

Et ces larmes d'horreur se seraient transformées
En des larmes de joie comme quand tu souriais ...

En regardant ta mère qui d'amour t'enlaçait
En posant ses deux mains sur tes joues quelle bisait

Ta belle âme est le vent et ton corps est cette pluie
qui roule sur mes joues et dans le soleil luit

Pour toujours à jamais ce cauchemar toute les nuits
je garderais pour moi mes douleurs et mes cris

Je t'aime à l’éternel si loin à l'infini ....
Mon fils Mon Enfant Mon Thomas ... Pour Toute Ma Vie.

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #35 le: octobre 31, 2013, 08:07:01 pm »
<3

marie-claude

  • Membre Actif
  • ***
  • Messages: 180
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #36 le: octobre 31, 2013, 08:42:03 pm »
Eric,

D'abord félicitations pour ce si beau poème, si touchant, si vrai qu'il va droit au coeur. Qui peut en comprenfre toute son intensité, sa foudroyante et si navrante vérité, que nous pauvres parents au coeur esseulé.  Que tout ceci est difficile, que ce qui est arrivé est effarant.

Nous avons tous le coeur en berne , nous sommes foudroyés et bizarrement comme en attente d'un éventuel retour qui hélas ne se produira jamais.  Oui Eric, le mot hurlement n'est pas encore assez fort et puis cette atroce culpabilité qui ronge sans état d'âme de jour comme de nuit. Tous nous donnerions notre vie sans hésitation pour qu'ils puissent nous être rendus enfin !!!!!

Ils nous manquent et les mots sont si faibles, c'est bien pis que cela. Les griffes de l'horreur absolu nous enserrent, nous étouffent et peu à peu nous englobent.... Je suis triste à en crever et il tombe des trombes d'eau à Québec, c'st pas grave la température je m'en moque cela a si peu d'importance comme tout d'ailleurs.

Voilà ici nous célébrons Halloween, je n'aurais certes pas de masque à porter puisque j'ai bien dù prendre 10 ans depuis cet affreux drame.  Chaque jour le coeur un peu plus effiloché, mes larmes de sang seront dorénavant ma seule route.

Bon on tient quand même et vous savez comme vous tous devant les autres rien n'y parait mais autrement.....

Beaucoup d'amour à nos enfants partis trop tôt.

Marie-Claude

erdeman

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 23
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #37 le: novembre 15, 2013, 03:08:26 am »
Le temps passe à une vitesse.... si peu de temps et tellement de temps depuis que tu es parti Thomas.
Je suis debout et j'ai trouvé un peu d'apaisement... celui que je vous souhaites, quand la déchirure commence à se refermer et qu'une sorte d'acceptation se met en place. Acceptation ne veut pas dire oubli, je pense à mon fils tous les jours tout en sachant qu'il est parti pour toujours.
J'accepte ton choix Thomas, celui que tu n'avais pas, je suis certain que tu as tout fait pour rester le plus longtemps possible dans notre monde, que tu as pris sur toi pour retarder ce qui dans ton inconscient était inévitable.
Tu as souffert comme personne Thomas, pour ne pas nous faire souffrir, par amour pour nous tu as tenu bon 26 ans.
Je sais aujourd'hui, après avoir ouvert la boite de pandore quand on m'a remis tes ordinateurs, que tu as eu besoin de "béquille" pour tenir et que les médicaments qu'on te reprochait de prendre quelquefois étaient le tunnel qui te permettait d'aller jusqu'au jour d'après....que celui que je croyais être ton principal dealer, ton psy, t'a aidé à moins souffrir...je lui pardonne, ll ne sait pas ...ils ne savent pas guérir, ils accrochent des rideaux sur les rideaux pour masquer et étouffer mais ils ne guérissent pas ...ça ne se guéri pas....
Aujourd'hui je vais mieux, tu es avec moi dans un nuage...comment dire...tu es tout le temps avec moi et je souffre moins...c'est pas un nuage c'est une sorte de brume qui me suit, c'est toi qui est là...debout comme moi....en face de moi ...autours de moi ...avec le sourire et un peu de paix... sur ton visage...dans ton regard ...cette paix que tu attendais....à laquelle nous avons droit ...je crois...
Tu m'accompagne et je vais mieux Thomas, je vais mieux de savoir que tu ne souffre plus, de savoir que tu nous aime plus grand que l'univers et que nous aussi mon grand ...ou que tu sois ... pareil...nous t'aimons plus grand que l'univers ...au delà des étoiles.
Voilà, je vais mieux et si ce "un peu mieux" peu vous aider ... vous qui me lirez ...à aller mieux....alors je partage ce moment de paix avec vous ....vous qui comprenez...sans juger...sans jugement.


Ange

  • Membre Actif
  • ***
  • Messages: 114
  • MATHILDE VENAIT D'AVOIR 14 ANS
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #38 le: novembre 15, 2013, 10:37:26 am »
Je suis avec toi Éric, de tout mon pauvre cœur avec toi et ton fils <3
Angélique.
Angélique,DEDE, Angel et enfin Ange...je suis la maman de Mathilde qui a eu 14 ans le 1er mai 2012 et s'est suicidée le 17 juin 2012

muriel

  • Membre Héro
  • *****
  • Messages: 613
    • Voir le profil
Re : rester debout après le décès de mon fils
« Réponse #39 le: novembre 15, 2013, 02:09:45 pm »
Comprendre son enfant , c'est si important .
C'est l'Amour puissance infinie .
Comme ton fils Amour jusqu'au bout de ses forces , Amour en retour au sein de sa famille .
Mon enfant était parmi les siens jusqu'au bout de ses forces . 
Ils sont compris , ils reçoivent ce cadeau .
<3